Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

27 octobre 2006

Madonna adopte

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, nous allons causer jet-set. Nul doute qu’avec des mots comme « Madonna », « star » ou « sexy », les visites sur Porte entr’ouverte croîtront. En effet – dieu sait pourquoi – certaines personnes préfèrent googler les termes « lesbiennes », « fellation » et « coït » plutôt que les expressions « le communisme tue », « mort à l’état » ou encore « les taxes sont immorales ». Mais – qui sait – peut-être que dans quelques années, un ex-boutonneux avouera avoir découvert le libéralisme grâce à Madonna.

Aujourd’hui, disais-je, nous allons causer jet-set. Comme vous l’aurez peut-être lu ou entendu – 7sur7 a déjà consacré dix-huit articles aux péripéties – Madonna, la star sexy, vient d’adopter un petit malawite. Cet « événement », bien plus important que celui-ci par exemple, va m’offrir l’occasion de disserter quelque peu sur un ton plus léger. Je me permettrai, en entrée, de vous expliquer les faits du casus.

Madonna, qui comme toute personne humaine éprouve de la compassion pour ses semblables, finance des projets en faveur des orphelins du sida au Malawi. Le quatrième du présent mois, la madone entama sa semaine de visite des projets en question. Elle tomba sous le charme du petit David Banda, âgé de treize mois, dont la mère était morte peu après l’accouchement et que le père, malade, avait du abandonner à un orphelinat cinq semaines plus tard. Le 12 octobre 2006, la haute cour de Lilongwe statua sur la demande de la chanteuse : cette dernière pouvait adopter l’enfant, mais l’adoption ne serait définitive qu’après l’écoulement d’un délai fixé à un an et six mois. La presse relaya l’information qu’elle subodorait.

Quinze jours ont passé depuis. Entre-temps, deux événements ont défrayé la chronique. Le premier consiste en la procédure judiciaire engagée par plusieurs associations malawites contre l’adoption temporaire du petit David. Justin Dzodzi, le président du comité consultatif des droits de l’homme, justifie l’appel : « Nous soulèverons des arguments constitutionnels, car une personne qui ne réside pas au Malawi ne peut pas adopter un enfant malawite. Madonna doit simplement vivre au Malawi si elle veut adopter un enfant de ce pays, ou alors elle peut lui apporter un soutien avant de l’adopter. » Second avatar : le père de l’enfant, initialement heureux de l’adoption, aurait fait volte-face ; il souhaiterait le retour de son fils au pays. « On ne m’a jamais dit que l’adoption signifiait que David ne serait plus mon fils », clame-t-il.

Je pense m’être suffisamment attardé sur les faits que pour pouvoir, à présent, détailler ma vision de l’adoption des mineurs d’âge. Selon moi, cette opération devrait être purement contractuelle. Partant, elle n’engagerait que l’adoptant et les responsables de l’enfant (parents sensu lato, tuteur ou orphelinat). En aucune manière l’état ou un tiers n’interviendrait pour dicter sa volonté divine : les parties seraient libres. Finies les institutions inutiles, finies les démarches fatigantes, finis les longs mois d’attente.

In casu, nous aurions donc les conséquences suivantes :

- un pays ne pourrait interdire, via une législation xénophobe, l’adoption de nationaux par des étrangers ;

- des associations ne pourraient s’opposer au contrat librement consenti entre les parties ;

- une convention étant plus claire qu’une loi inconnue, l’adoption n’offrirait pas de désagréables surprises a posteriori ;

- les termes du contrat devraient être respectés et l’on ne pourrait revenir dessus ultérieurement (sauf l’accord de l’autre partie à la convention).

Il va sans dire que le mode contractuel apporterait encore d’autres avantages : ainsi, tout le monde serait traité sur un pied d’égalité. Madonna a visiblement profité de passe-droits dus à son rang de star sexy pour contourner la législation malawite. Or, le vulgum pecus ne reçoit pas cet honneur. Avec un système conventionnel, il bénéficierait des mêmes privilèges que les plus hauts gradés de notre monde moderne.

Posté par Wali23783 à 00:08 - Libéralisme - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Je ne connaissais pas votre site. Je le découvre grâce à celui d'Alternative libérale. Votre billet à propos de Madonna me semble équilibré, sinon 'objectif' (cela a-t-il un sens?), du moins dépourvu de haine à l'égard de la star et, à travers elle, des affreux amerloques.
    Ma propre position en 2 idées:
    1/ le fait d'être riche et célèbre n'autorise pas n'importe qui à supposer que vous seriez corrompu. Pour ma part je consacre ma vie aux quartiers défavorisée, et je puis vous assurer que dans leurs populations il y a des gens pas très sympathique, même si bien sûr la grande majorité d'entre ceux qui y vivent valent beaucoup mieux que ce que les médioas nous laissent imaginer;
    2/ une forme d'adoption simple, contractuelle, comme celle que vous défendez (et moi aussi) ne doit pas être interprétée comme l'invention de l'ultralibéralisme actuel, mais au contraire comme une pratique traditionnelle qui se retrouve dans toutes les civilisations. Madonna n'invente rien. Sans doute se sert-elle de son argent, mais elle le fait dans le respect des plus anciennes et des plus universelles traditions. L'étonnant est que certains leur préfèrent le contrôle étatique.

    Posté par Christian J., 06 novembre 2006 à 21:15
  • Adoption - Libéralisme - "Ultralibéralisme"

    Merci pour vos propos.
    Je tiens quand même à préciser que l'adoption défendue ici n'est pas une "invention" du libéralisme. Au contraire, elle se base, comme vous le soulignez, sur des éléments "naturels". C'est d'ailleurs pourquoi les libéraux défendent tel type d'adoption: celle-ci apporte le plus de liberté possible.

    Je me permettrai quand même deux petites remarques quant aux mots "l'ultralibéralisme actuel".
    a) L'ultralibéralisme est une notion de propagande, sans véritable fond. Voir, entre autres, http://www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Ultralib%C3%A9ral .
    b) La société actuelle n'est pas libérale, loin de là. Voir, entre autres, http://www.quebecoislibre.org/010915-4.htm .

    Bien à vous,

    Wali

    Posté par Wali, 07 novembre 2006 à 00:15

Poster un commentaire