Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

06 novembre 2006

Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile

Même si quelques controverses existent entre libéraux, la pureté de leur philosophie les mènera généralement à soutenir la liberté de circulation, et donc d’immigration. Les gauchistes l’ignorent souvent, obnubilés qu’ils sont à confondre néo-conservateurs et libéraux.

La différence entre la gauche et le libéralisme, dans la défense de l’immigration, consiste en l’importante amplitude d’intelligence et de simplicité différenciant les solutions proposées d’un côté et de l’autre.

D’un côté, les hommes de gauche ne remettront jamais en question le système actuel, c’est-à-dire celui de fichage de la population. Partant, ils se battront pour que les étrangers aussi aient le droit (sic) de recevoir des papiers. De l’autre côté, les hommes de bien réfléchiront à la source même du problème, c’est-à-dire le fichage de la population. Partant, ils se battront pour que les papiers d’identification étatiques disparaissent.

Leur raisonnement offre bienfaits aux individus. Premièrement, ceux-ci pourront échapper à l’œil totalitaire de l’état, contrôlant la moindre trace de vie au nom du prétendu intérêt général. Deuxièmement, les démarches administratives disparaîtront. Troisièmement, les coûts administratifs seront, ipso facto, nuls – ce qui réjouira pleinement l’individu contribuable.

Cette vulgarisation d’une vue libérale de la société avait pour but d’introduire au thème du jour : l’agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile. Je me concentrerai exclusivement sur les coûts énormes qu’engendre celle-ci pour le citoyen belge. Ce dernier comprendra peut-être mieux pourquoi la solution libérale simplifie beaucoup de choses à moindres frais.

L’agence susnommée claque l’argent comme elle respire. Ainsi voit-on disparaître 38.255.980 EUR en rémunérations de personnel, charges sociales et pensions. D’autres frais de personnel – comme formation, service social ou encore secrétariat social – débouchent sur la perte de 1.261.000 EUR. Puis, certaines sommes sont dues à des tiers pour des services ou des biens « non susceptibles d’être inventoriés ». Relevons, entre autres :

- loyer et charges des locaux, locations, entretien et réparation, assurances, taxes et divers : 7.575.150 EUR ;

- frais de bureau : 1.552.240 EUR ;

- frais de publication, publicité : 322.500 EUR ;

- contentieux : 343.000 EUR ;

- frais demandeurs d’asile : 16.925.490 EUR ;

- frais médicaux demandeurs d’asile : 7.537.000 EUR.

Ensuite, l’agence intervient dans l’accueil des étrangers par des tiers. Trois postes de ladite intervention attirent l’attention :

- allocations aux organisations : 73.640.400 EUR ;

- initiatives locales d’accueil (CPAS) : 83.437.300 EUR ;

- subsides aux communes : 1.846.900 EUR.

Enfin, il convient de citer, pour mémoire, les dépenses patrimoniales. Celles-ci s’élèvent à la modique somme de 5.114.000 EUR. Là-dedans, 1.229.500 EUR sont consacrés à l’informatique.

Bref, l’agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile a reçu la permission de dépenser, en cette année 2006, quelques 243.478.030 EUR. Ce chiffre suffit pour démontrer le bourbier dans lequel on se vautre lorsqu’on est étatique… car la source des revenus de l’agence n’est autre que l’état ! En effet, seul 0,1 p.c. de l’argent dépensé provient de « produits résultant de l’exercice de la mission statutaire ». Le reste :

- Intervention de l’état : 241.184.000 EUR ;

- Dotation provenant du SPF emploi : 912.430 EUR ;

- Intervention du fonds européen : 413.900 EUR.

Tout est dit.

N.B. Vous trouverez les détails des frais aux pages 488 et suivantes du moniteur belge daté 06.03.2006.

Posté par Wali23783 à 01:46 - Dépenses publiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire