Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

21 novembre 2006

France : Sarkozy défend le monopole étatique

Sarkozy (dois-je préciser que ce sombre individu n’est pas libéral ?) aime l’état, car celui-ci lui offre du pouvoir. Quand l’état, son gagne-pain, voit quelques-unes de ses sources de revenu s’effriter suite à la concurrence fraîchement arrivée par la voie de l’Internet, le petit Nicolas s’agite dans tous les sens, lève les bras au ciel et manifeste au conseil des ministres, plan en tête, jusqu’à ce que les cabotins du Parlement le remarquent (d’abord) et lui emboîtent le pas (ensuite).

En France, l’état monopolise le secteur du jeu. Pourquoi ?

(Esprit de Montebourg, envahis-moi !) [Bruit d’une oie qu’on gave]

Mais voyons, mêdême, c’est très simple. Tout le monde n’ignore pas que le jeu est un vil défaut, il ne faudrait pas qu’il soit mis à profit par des gens exploitant les faiblesses humaines, vous savez, les hommes sont tellement irresponsables, il faut bien s’occuper d’eux, mêdême, et puis l’argent, c’est le mal, c’est le capitalisme sauvage et les méchants patrons, c’est la loi de la jungle toutefois par contre cependant en opposition l’état, le défenseur impénitent, le masque de Zorro, vient au secours des plus faibles, vous ne l’ignorez pas, ainsi il contrôle ce secteur, en prenant soin de ne pas promouvoir le jeu, non, et puis le hasard, ce n’est pas bien, vous savez, mêdême, tellement de gens se sont suicidés par sa faute, il faut réguler, l’état est la solution à nos problèmes, c’est bien connu, l’ultralibéralisme ne passera pas !

(Esprit de Montebourg, sors de mon corps !) [Détonation flatulente]

Merci Arnaud, tu es bien plus compétent que moi pour traiter de certaines choses… Maintenant concentrons-nous sur les faits.

Dans la mesure où les joueurs se répandent de plus en plus dans d’autres bras que les siens (aie, après sa femme, l’histoire se répète), Sarko voit rouge : les voies de l’Internet ne peuvent être pénétrées que par lui et ses deux mains (Française des Jeux et PMU). Après tout, pourquoi ne serait-il pas le super-héros chanté par Galouzeau dans son tube « La France veut qu’on la baise », hm ?

En octobre, Sarkozy a ainsi présenté, au conseil des ministres, un plan d’action interministériel contre la publicité en faveur de sites de jeux illégaux. Les parlementaires lui ont emboîté le pas : ce 21 novembre 2006, l’assemblée nationale accueillera, en provenance du sénat, un texte encore plus salé. On y parle notamment de « gels de flux financiers », de « 75.000 EUR d’amende » et d’ « un an de prison ».

Allez, je n’en puis plus de vous retenir : filez vous informer !

Posté par Wali23783 à 03:03 - Europe - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire