Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

22 novembre 2006

Wikipédia, illustration du boxon démocrate : vive Wikibéral

Wikipédia, à la base, est un projet ambitieux. En effet, le site propose une encyclopédie libre et gratuite. De plus, certaines de ses fonctionnalités (pas de propriété intellectuelle sur les articles) semblent proches d’une vue libérale de la société. Le concept est très simple : chacun peut intervenir dans la création et la modification d’articles.

Je suis inscrit sur la plate-forme depuis plus d’un mois maintenant. Motif ? La présence d’un article intitulé National-libéralisme. Là-dedans, un utilisateur du wiki, pas bien malin il est vrai, osait lier le concept de nationalisme à celui de libéralisme, au XXème siècle, sous les traits du FN. Quand je suis arrivé, la lutte durait depuis des mois et des mois entre les libéraux authentiques et le pitoyable personnage, inculte en la matière. Je consacrai pas mal d’énergie pour éloigner l’importun.

Entre-temps, j’améliorai quelques articles. Notamment celui du MR. Wikipédia n’osait-il pas affirmer que notre parti socialiste bis était libéral ? Je crois que nul ayant un tant soit peu étudié le libéralisme ne dirait pareille sornette. Ma culture libérale n’est pas importante, mais il me semble avoir suffisamment montré que le mouvement de Louis et Didier n’avait plus aucun rapport avec le libéralisme (voy. ici, ici et ici). Il suffit d’observer, même pas d’argumenter. 

Or, il se fait que depuis quelques jours, un individu, un peu benêt il est vrai, s’amuse à effacer mon paragraphe affirmant que les idées véhiculées par le MR ne sont pas assimilables au libéralisme. Inutile de préciser que le court argumentaire, que vous avez déjà lu dans mes chroniques, disparaît également. Ne soutenant sa thèse du libéralisme MRdique que par des arguments procéduriers, le triste sire m’énerva considérablement : je lui parlai sur un ton cassant.

Intervint alors un jeune garçon, ayant le privilège d’être administrateur : il me bannît pour un jour de Wikipédia, voici trois heures, sans avoir rien lu du conflit m’opposant au benêt précédent. 

Depuis lors, un individu, un peu fourbe il est vrai, s’amuse à supprimer toutes mes interventions du dernier mois, profitant de mon incapacité de défense. Sans prendre la peine d’argumenter quoi que ce soit. Sauf une fois : (je résume) « hé, ho, fieu, si le MR dit qu’il est libéral, et bien c’est la preuve qu’il est libéral ». Puisqu’il est passé trois fois sur mon blog il y a deux heures, je me permets de lui adresser un message personnel : « hé, ho, mec, c’est parce que Ségolène Royal dit qu’elle est socialiste que le projet de prise en charge des jeunes sauvageons par des militaires est socialiste ? »

Maintenant cette longue introduction terminée et mon coup de gueule passé, je peux me pencher, tout en douceur, sur le thème du jour : la démocratie.

Wikipédia en est une belle illustration. Tout le monde a le droit d’y écrire ce qu’il veut. Bref, chacun peut influencer, par son opinion, les concepts de l’encyclopédie. Les esprits les plus fins remarquent immédiatement le problème : les écrits du plus idiot auront autant de poids que ceux du spécialiste en la matière. On me répliquera facilement que, vu la règle des sources et références, l’encyclopédie ne pourra être remplie que par des textes intelligents. Je poursuivrai : nul n’ignore qu’une thèse et son contraire peuvent trouver des sources aussi « réputées » les unes que les autres. Ipso facto, les incultes – qui ont tendance à se regrouper dans ces cas-là – profiteront du système de vote à majorité pour éliminer les thèses du spécialiste isolé.

On constate donc, ici, un des dangers de la démocratie : une majorité peut décider pour une minorité. Abandonnons Wikipédia pour nous concentrer sur le système politique. Imaginez une société de 100 individus, composée de 51 mâles, 48 femelles et un androgyne : les mâles pourraient fort bien s’organiser démocratiquement pour décréter l’obligation féminine de vaisselle et repassage. Imaginez une société de 100 individus, infiltrée par 51 voleurs : elle pourrait fort bien organiser démocratiquement le vol de la production des 49 travailleurs.

La démocratie, un bon système ? Boh, boh, boh, je n’y crois pas : comme en dictature, des gens pourront m’imposer leur volonté. Le choix, a priori, entre le système démocratique et le gouvernement autoritaire (c.-à-d. non choisi formellement par ses administrés) m’importe peu. Ce qui compte, pour moi, c’est l’autre axe de la gouvernance : celui qui oppose la société de liberté au système totalitaire. Plus l’état interviendra, plus nous nous situerons dans les eaux d’un régime totalitaire. Moins il interviendra, plus les individus seront libres.

Cet axe est capital : il permet de limiter les agissements des personnes au pouvoir – que celles-ci soient dictatrices ou démocratiquement élues. L’idéal, pour ce faire, est de mettre en œuvre le droit naturel. Hélas, actuellement, la voie inverse prévaut : le positivisme juridique s’est imposé. Par conséquent, la seule façon de limiter le pouvoir consiste à transcrire les interdits dans une constitution. Or, celle-ci n'est plus respectée malgré le pseudo contrôle d'une cour constitutionnelle (voy. Ronnie Hayek et moi-même). Bref, la situation présente ne me réjouit point.

Avant de conclure, je me permettrai de revenir sur des propos de Bertrand de Jouvenel, résumés par Pascal Salin dans son ouvrage « Libéralisme » (p. 108) :

« Dans un système non-démocratique, les citoyens sont essentiellement motivés par la recherche des moyens d’empêcher le pouvoir politique d’empiéter sur leurs droits individuels. La même régulation n’existe pas dans un système démocratique, car tous peuvent espérer accéder au pouvoir (directement ou par l’intermédiaire de leurs représentants) et réussir ainsi à obtenir des transferts en leur faveur. Au lieu de chercher à limiter le pouvoir, on cherche à s’en emparer. Et l’on a peut-être d’autant plus intérêt à ce que la sphère du pouvoir soit importante qu’on disposera ainsi d’un instrument plus puissant lorsqu’on l’aura conquis. Il ne faut donc pas s’étonner si la pression fiscale dans la France d’aujourd’hui est incomparablement plus forte qu’elle ne l’était sous un régime monarchique qui était censé être spoliateur. Mais si le sentiment de la spoliation pouvait conduire à la révolution, l’environnement institutionnel de la démocratie ne pousse pas les citoyens à la révolte révolutionnaire contre l’impôt. La démocratie endort les défenseurs des droits. »

Voilà qui est bien dit.

Je reviendrai, pour finir, à Wikipédia. Alliant le bon et le moins bon, cette entreprise constitue certainement un bienfait pour l’extérieur ; par contre, à l’intérieur, on y étouffe. Chacun se marche dessus et doit écrire des romans pour expliquer les trois lignes qu’il souhaite introduire dans un article. Comme dirait probablement h16, y contribuer, c’est se faire souffrir pour rien. Il a bien raison : quiconque veut lire une source fiable en matière de libéralisme peut se diriger, sans craindre, vers le Wikibéral ! Ce sont des libéraux, donc des gens compétents, qui le réalisent au quotidien.

Sur ce, je vais me vautrer dans mon lit douillet…

Posté par Wali23783 à 04:13 - Monde - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Positivisme ou Naturalisme?

    Bonjour!

    Vous avez un joli blog. Croyez-le ou non, j'ai trouvé que la théorie est juste. Est-ce positivisme ou naturalisme? DDDD

    Vous pouvez le trouver dans le dernier article écrit dans mon blog:
    http://ladyjusticesscholar.blogspot.com/2007/12/on-moral-justice-and-religion.html
    Il est écrit en anglais.

    Cordialement,
    Scholar

    Posté par Scholar, 22 décembre 2007 à 21:48
  • Que dire de plus... malheureusement ???

    Posté par Ludovic, 22 novembre 2006 à 12:23
  • News: débloqué!

    Suite à un court argumentaire privé destiné au jeune administrateur, celui-ci a levé sa sanction, tôt ce matin. Qu'il retrouve grâce à mes yeux par ce message.
    Cela n'enlève en rien mes critiques contre Wikipédia. Maintenant, je tâcherai de bien faire comprendre la différence entre la logique et le POV à certains... Rendez-vous, pour les intéressés, sur la page de discussion du Mouvement réformateur: http://fr.wikipedia.org/wiki/Discuter:Mouvement_r%C3%A9formateur_%28Belgique%29

    Posté par Wali, 22 novembre 2006 à 14:42
  • pour d'autres observation voir

    aussi mon blog consacré à wikipedia, un observatoire qui défait le mythe de la neutralité de celle-ci
    pas mal de sujets sont t raités et hypothèses de pourquoi ça marche comme ça, et ne peut s'améliorer, au contraire , à mon avis voir alithia.nemo@club-internet.fr

    Posté par alithia, 20 mars 2007 à 01:37
  • Un bien piètre article. Je passe sur l'incompétence manifeste sur l'économie, mais surtout, il est important de noter que wikipedia n'est pas démocratique, puisqu'il faut sourcer ces affirmations. T'avait qu'à le faire. Tu as l'air étrangement persuadé de ta compétence... Alors que tu avoue toi-même n'avoir qu'une petite culture... (Mais tout de même, tout cela confirme la tendance naturelle des libéraux à l'autoritarisme)

    Posté par lixa, 30 septembre 2018 à 21:23

Poster un commentaire