Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

11 décembre 2006

De nouvelles difficultés pour les fournisseurs de l’état

D’un côté, l’on a des individus qui travaillent. Écrasés par les taxes, les impôts et les réglementations absurdes, ils tentent, tant bien que mal, de survivre dans la jungle étatique. Chaque année, ils essaient de rentrer dans leurs frais… sinon, des procédures judiciaires les attendent.

D’un autre côté, l’on a des individus qui profitent directement du monopole de la force et du travail d’autrui. Ils taxent, ils imposent, ils interdisent, ils obligent : l’intérêt général, concept de propagande, n’est qu’un piètre motif pour qu’on leur graisse la patte. Afin de surfer sur la vague du vote obligatoire de leurs sujets, ils maquillent leurs actions et résultats.

Ainsi, qui n’a jamais entendu parler des budgets Verhofstadt toujours en équilibre ? Pourtant, derrière ces « beaux bilans », se cache toujours une triste réalité : les politiciens passent une grande partie de leur temps à trouver de multiples artifices pour obtenir ces résultats « honorables ». Aujourd’hui, nous avons appris que l’état ne paiera pas ses fournisseurs à une hauteur de 2,5 milliards EUR avant 2007. Scénario habituel depuis quelques années : afin de garder la tête hors de l’eau, l’équipe Verhofstadt fout dans la merde des milliers d’individus. Bref, une fois de plus, nos pontes belges décrètent des mesures dans leur intérêt personnel et non dans celui de leurs sujets malheureux.

Posté par Wali23783 à 15:38 - Belgique - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Et ce n'est pas fini...

    Normalement, mais peu de choses sont normales au Royaume Bananier, toutes les entourloupes budgétaires de nos parasites devraient prendre un sérieux coup dans l'aile pas plus tard que pour 2007.
    En effet, les comptes des organismes qui ont recour à l'emprunt publique (comme l'Etat par exemple) devront publier leurs comptes aux normes IAS/IFRS. Certes, ça n'empêchera pas à l'Etat de rester un très mauvais payeur, mais au moins ça fera ressortir le budget sous un jour beaucoup plus réaliste, en montrant les droits et engagements hors bilan dont on ne parle jamais en comptabilité publique (par exemple tous les engagements de pensions des centaines de milliers de fonctionnaires, ou encore le fait que le budget est en "équilibre" uniquement parce que les taux d'intérêts du marché sont encore bas).
    En conclusion, les soi-disants budgets en équilibre vont avoir une tout autre tête. Enfin si l'Etat respecte la loi d'une part et si la CBFA a les couilles de suspendre la cotation des "Bons d'Etat" si ce dernier ne respecte pas la loi.
    C'est bizar, personne ne parle de cette comptabilité publique en normes IFRS

    Posté par Exu, 13 décembre 2006 à 12:58
  • En effet

    Du côté français, h16 avait relevé l'arrivée prochaine de ces normes comptables, dans le billet qui suit: http://h16.free.fr/index.php?2006/11/13/273-les-mauvais-comptes-font-les-mauvaises-entreprises.

    Personnellement, je me réjouis de voir ce que ça impliquera, concrètement, comme changements...

    (Pour ceux qui souhaitent plus de renseignements à propos desdites normes comptables, voir Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/International_Financial_Reporting_Standards).

    Posté par Wali, 13 décembre 2006 à 13:25
  • ça retarde aussi les créations d'entreprise

    le fait qu'ils n'aient pas payé, cela retarde également tout ce qui est subsides, et ça c'est pas bon du tout - si mon expérience vous intéresse : http://capitalrisque.blogspot.com

    John

    Posté par John Figth, 27 décembre 2006 à 18:17

Poster un commentaire