Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

20 avril 2007

Réponse à Michaël Henen

Réponse aux commentaires de Michaël Henen sous le billet de détente « Clin d’œil d’avril ».

1. J'ai retranscrit sous forme humoristique une réponse vidéo de monsieur Di Rupo sur son blog. (La numéro 2 de la série 2; voir http://www.leblogdelio.be/?video=1) Je n'ai donc pas réduit la politique à de "si bêtes caricatures", je l'ai tout simplement mise en page.

2. Oui, seul le libéralisme peut remédier à une grande partie des maux wallons.

Petite précision: comme vos commentaires le laissent à penser, et comme l'atteste même l'analyse inculte trouvée sur votre blog (http://michaelhenen.skynetblogs.be/post/3886203/liberalisme-quand-tu-nous-tiens), vous ignorez vraisemblablement ce qu'est le libéralisme.

En fait, je vous l'apprends très certainement, le MR n'est pas libéral. (Ouch, ça fait mal, hein.) Voir http://porteentrouverte.canalblog.com/archives/2006/10/16/2920912.html

3. Je ne me prive donc pas d'avoir une autre tête de turc dans mon espace Détente.

Si vous voulez rire du bon Didier (ou pleurer sur mon humour débile), voyez donc:

http://porteentrouverte.canalblog.com/archives/2007/03/10/4262653.html

http://porteentrouverte.canalblog.com/archives/2007/01/18/3724127.html

Pour conclure: je pourrais peut-être apprécier un jour vos talents de musicien. Par contre, votre prose grossière me fut insupportable dès la première lecture. Merci quand même d'être passé. Si vous souhaitez commenter à nouveau par ici, n'oubliez pas de vous excuser du faux-pas.

Posté par Wali23783 à 01:28 - Détente - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • Quand Marcourt fait de l'économie politique ...

    ... cela donne ceci:

    http://www.blogmarcourt.net/article-6441710.html

    et c'est franchement hilarant.

    Posté par L'abbe Taillère, 20 avril 2007 à 18:16
  • Quand Marcourt fait de l'économie politique ...

    ... cela donne ceci:

    http://www.blogmarcourt.net/article-6441710.html

    et c'est franchement hilarant.

    Posté par L'abbe Taillère, 20 avril 2007 à 18:26
  • Si vous le souhaitez, je veux bien m'excuser. Après tout, ça ne coûte rien de le faire.

    Parlons donc de libéralisme :

    1° Je prends la définition première (donc, dans son sens MODERNE) du mot " libéralisme " dans Le Petit Robert 1 dernière édition : " Doctrine selon laquelle la liberté économique, le libre jeu de l'entreprise ne peut être entravée. "
    Au vu de l'actualité économique belge et plus particulièrement du déclin de l'industrie automobile au Nord du pays ou des délocalisations qui font rage en Province de Liège, cette définition prend effectivement tout son sens.

    2° J'ai lu avec attention le contenu du lien que vous proposez, traitant du " libéralisme pour les débutants ".

    Soyons clairs, et vous partagez de prime apparence cet avis avec le petit socialiste que je suis : ceci s'apparente plutôt à l'ancienne version du terme, à savoir " Attitude, doctrine des libéraux, partisans de la liberté politique, de la liberté de conscience. In extenso, ensemble des doctrines qui tendent à garantir les libertés individuelles dans la société. "

    Sur le fait que chacun puisse exprimer sa liberté de conscience et sa liberté politique, je crois que nous sommes foncièrement d'accord mais le socialisme, que je défends, met en avant l'intérêt général sur l'intérêt particulier. Attention, on ne parle pas de marxisme ou de communisme mais bien de l'intérêt général. Ce qui l'oppose diamétralement au libéralisme " à la belge " et plus singulièrement " à la wallonne ".

    En réalité, le MR - Mouvement Réformateur aurait du prendre le nom de MC - Mouvement Conservateur : avec les ingrédients du passé, je fais une nouvelle recette...

    Certes, les dérapages carolorégiens, totalement à l'opposé des idées que je défends, sont scandaleux et méritent les sanctions qui s'imposent.

    Elio di Rupo est, tout comme moi, issu d'une famille modeste, une famille de la classe ouvrière, pour faire plus réaliste. Peut-être est-ce ce fait qui me pousse à le défendre même si je n'ai pas toujours été d'accord avec ses principes. Toutefois, la majorité de ses préceptes rejoignent mes idées et mes désirs.

    Maintenant, je me demande, si vous ne soutenez ni MR ni PS, qui, ici en Belgique, représente selon vous vos idées et les idées du libéralisme en général politiquement ?

    Croyez-vous que, à l'instar de ce qui vient de se passer pour l'énergie en Région wallonne, la libéralisation (j'utilise ce terme parce que je n'en connais pas d'autre qui coresponde au phénomène ; même si je sais que ce n'est pas la bonne terminologie) de La Poste ne risque pas d'engendrer un surcroît des coûts ? Suppression d'emplois, service défaillant ? On ne saura bien naturellement analyser la situation que lorsqu'elle sera en application, mais ne sera-t-il donc pas trop tard que pour mesurer les éventuels dégâts que ce phénomène pourrait produire ?

    J'attends votre analyse sur ce sujet...

    Posté par Michaël HENEN, 21 avril 2007 à 01:13
  • Bonsoir monsieur Henen,

    Il est tard, mais je prends bonne note de vos excuses. Je tâcherai de répondre, provisoirement, à votre interpellation, avant de détailler un peu plus, peut-être, mes propos au cours des prochains jours.

    "Je prends la définition première (donc, dans son sens MODERNE) du mot " libéralisme " dans Le Petit Robert 1 dernière édition : " Doctrine selon laquelle la liberté économique, le libre jeu de l'entreprise ne peut être entravée. "
    Au vu de l'actualité économique belge et plus particulièrement du déclin de l'industrie automobile au Nord du pays ou des délocalisations qui font rage en Province de Liège, cette définition prend effectivement tout son sens."

    En effet, la crise automobile belge est due, comme l'avait très bien précisé Thierry de Bruxelles ma ville à l'époque, aux taxes et autres pratiques étatiques étouffantes.
    Le jeu de l'entreprise est complètement entravé à l'heure actuelle.

    "Soyons clairs, et vous partagez de prime apparence cet avis avec le petit socialiste que je suis : ceci s'apparente plutôt à l'ancienne version du terme, à savoir " Attitude, doctrine des libéraux, partisans de la liberté politique, de la liberté de conscience. In extenso, ensemble des doctrines qui tendent à garantir les libertés individuelles dans la société. ""

    Tout à fait. Et cette définition est toujours de mode à l'heure actuelle.

    "Certes, les dérapages carolorégiens, totalement à l'opposé des idées que je défends, sont scandaleux et méritent les sanctions qui s'imposent."

    C'est tout à votre honneur. Hélas, de telles dérives sont propres au système étatique prôné par nos socialo-collectivistes.

    "En réalité, le MR - Mouvement Réformateur aurait du prendre le nom de MC - Mouvement Conservateur : avec les ingrédients du passé, je fais une nouvelle recette..."

    MS, pour Mouvement Socialiste, aurait totalement correspondu aux idéaux de Louis Michel et Didier Reynders.

    "Maintenant, je me demande, si vous ne soutenez ni MR ni PS, qui, ici en Belgique, représente selon vous vos idées et les idées du libéralisme en général politiquement ?"

    Hélas, personne. Comme en France, nous sommes les parents pauvres du libéralisme.
    Heureusement, Alain Destexhe nous laisse une petite touche d'espoir.

    "Croyez-vous que, à l'instar de ce qui vient de se passer pour l'énergie en Région wallonne, la libéralisation (j'utilise ce terme parce que je n'en connais pas d'autre qui coresponde au phénomène ; même si je sais que ce n'est pas la bonne terminologie) de La Poste ne risque pas d'engendrer un surcroît des coûts ? Suppression d'emplois, service défaillant ? On ne saura bien naturellement analyser la situation que lorsqu'elle sera en application, mais ne sera-t-il donc pas trop tard que pour mesurer les éventuels dégâts que ce phénomène pourrait produire ?"

    La libéralisation du secteur postal, prévue par l'Europe, n'est qu'une fausse libéralisation, comme toutes celles qui ont eu lieu précédemment: de nombreuses règles européennes empêchent le marché d'être ouvert. Par conséquent, la première victime de ces mesures sera le consommateur européen, ne pouvant profiter d'une véritable concurrence entre services postaux.

    Quant aux éventuels dégats que cette "libéralisation" pourrait produire, ils n'en sont rien: le consommateur européen n'aura plus à financer les coûts postaux qu'il ne souhaite effectuer. Cela se traduira par un plus grand pouvoir d'achat pour lui.

    Posté par Wali, 21 avril 2007 à 04:45
  • "Croyez-vous que, à l'instar de ce qui vient de se passer pour l'énergie en Région wallonne, la libéralisation (j'utilise ce terme parce que je n'en connais pas d'autre qui coresponde au phénomène ; même si je sais que ce n'est pas la bonne terminologie) de La Poste ne risque pas d'engendrer un surcroît des coûts ? Suppression d'emplois, service défaillant ? On ne saura bien naturellement analyser la situation que lorsqu'elle sera en application, mais ne sera-t-il donc pas trop tard que pour mesurer les éventuels dégâts que ce phénomène pourrait produire ?"

    Au-delà des aspects techniques liés à chaque secteur libéralisable*, il y a une réflexion plus générale à mener. Les économistes s'accordent largement pour dire qu'un monopole est toujours nuisible au consommateur, pourquoi en irait-il différemment lorsque ce monopole est public ? Evidemment, un monopole public ne peut afficher un important bénéfice comptable à la manière d'un monopole légal privé. Mais cet énorme bénéfice ne disparaît pas pour autant ! Au lieu de se traduire en dividendes pour des actionnaires, il se réalise chez les dirigeants et salariés du monopole (les fonctionnaires) : sur-emploi généralisé, salaires et primes au-dessus du niveau du marché, réduction de la durée hebdomadaire du travail, retraites (largement !) anticipées, hyper-sécurité de l'emploi (se réalisant forcément aux dépends des salariés du privé), etc, etc, etc.

    NB : Evitez de vous focaliser sur le taux d'emploi, ce qui compte c'est la richesse créée. L'URSS connaissait le plein emploi...

    * Vous trouverez des analyses libérales ici par exemple : http://euro92.com/new/article.php3?id_article=528

    Posté par Taz, 21 avril 2007 à 12:16
  • libéralisation de l'énergie?

    Monsieur Henen parle de la libéralisation du secteur de l'énergie.

    Le cas est effectivement intéressant. Je précise d'abord que j'habite Bruxelles, et que la situation wallonne ne m'est pas familière.

    Or, dans notre région capitale, le marché de l'énergie devrait être libéralisé depuis le début de cette année.

    Dans les faits, il n'en n'est rien: la région a imposé de telles contraintes aux opérateurs que finalement un seul concurrent à Electrabel se serait proposé. Et encore, car en réalité, je n'ai pas vu la moindre proposition alternative: pas d'affiche, pas de dépliant, rien, niks, nada.

    Avec en conclusion que nous continuons à payer notre énergie trop cher, au grand profit des diverses intercommunales, et des communes qui en sont membres, et qui maintiennent leur monopole.

    Ah oui: on me dira peut-être que cet argent ira au services publics rendus par la commune. Outre que les services rendus par ma commune sont, nous dirons, de qualité très moyenne, j'ai encore entendu vendrdi que la région allait devoir débloquer des moyens (€ 30 millions) pour nos administrations locales, qui ne s'en sortent pas.
    Et continueront à ne pas s'en sortir, à mon avis.

    Donc je répète: la situation wallonne ne m'est pas familière. Mais à Bruxelles en tout cas, c'est une libéralisation bidon.

    Par contre, en Flandre la libéralisation a porté ses fruits: dans un premier temps, le gouvernment flamand avait imposé une taxe sur l'énergie, afin de dédommager les communes qui perdaient les revenus de leur participation à Electrabel, ce qui faisait que le prix est resté identique. Depuis, cette taxe a été supprimée, et, oui, le prix de l'énergie a baissé.

    Ce qui est tout profit, surtout pour les revenus les plus faibles, non?

    Alors La Poste: en bref: pourquoi ne serions-nous pas en mesure de privatiser les services postaux? Les pays scandinaves l'ont fait, sans que le service en souffre, que je sache. Or, la densité de population dans ces pays (Danemark Norvège, Suède) est biens moindre que chez nous.

    Zut, la Belgique ne s'étend pas au nord du Cercle Arctique !

    Posté par paul, 23 avril 2007 à 12:46
  • Libéralisation des services postaux

    Une étude récente a par ailleurs démontré que la libéralisation a provoqué un séisme social en Suède. Apparemment, cher Paul (l'apôtre du libéralisme à tout-va), nous ne possédons pas les mêmes sources ni les mêmes statistiques.

    Posté par Michaël HENEN, 27 avril 2007 à 04:13
  • Libéralisation du secteur énergétique

    Le deuxième opérateur à Bruxelles se nomme Lampiris (http://www.lampiris.be), excellente société liégeoise que je vous recommande chaudement, avec un service hors pair dont ne peut hélas pas se targuer la flamando-flamingante Electrabel, héritière de l'opérateur historique et qui oublie qu'il existe une minorité francophone protégée par la Constitution en Flandre, d'où l'arrivée dans ma boîte aux lettres d'un contrat et de factures unilingues néerlandais, ce qui m'a poussé à me tourner vers l'opérateur précité...

    Posté par Michaël HENEN, 27 avril 2007 à 04:16
  • "Une étude récente a par ailleurs démontré que la libéralisation a provoqué un séisme social en Suède."

    Source?
    S'agissait-il réellement d'une libéralisation, ou d'un verrouillage de marché par l'état?

    "avec un service hors pair dont ne peut hélas pas se targuer la flamando-flamingante Electrabel, héritière de l'opérateur historique et qui oublie qu'il existe une minorité francophone protégée par la Constitution en Flandre"

    Tant pis pour Electrabel s'il perd une partie de sa clientèle francophone. L'état n'a pas à lui imposer de s'adresser dans une langue ou l'autre à ses clients et futurs clients.

    Posté par Wali, 28 avril 2007 à 17:30

Poster un commentaire