Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

04 juin 2007

Élections 2007 : le programme socialo-collectiviste du cdH

DOSSIER ÉLECTIONS 10 JUIN 2007

JolleMilquetSi Joëlle Milquet voulait démontrer que son parti était indépendant de Rome, hé bien, c’est réussi : son programme pour les élections du 10 juin 2007 constitue la preuve ultime de ce fait. Il plonge en effet à pieds joints dans les eaux marécageuses des idéologies honnies par les derniers papes et encore vertement tancées par Benoît XVI récemment. Les nobles valeurs défendues jadis par le PSC avaient, certes, déjà déserté le parti depuis des dizaines d’années – melodius l’avait relaté sur son ancien blog. Toutefois, on aurait pu s’attendre à un (dernier ?) sursaut d’orgueil des véritables chrétiens. Las ! L’actuelle ligne de conduite du cdH au gouvernement de la Communauté française prolonge la voie socialiste adoptée par le parti depuis que Louis Michel fit basculer à gauche toute la politique francophone belge. Le comportement de judas qu’adopta le cdH voici trois mois lors de l’adoption du décret Arena conforte pleinement cette observation. Et ce ne sont pas les débauchages et les récents propos de Catherine Fonck sur la Brabançonne qui relèveront le niveau du parti de Milquet. Mais je n’ai pas commencé ce billet pour m’appesantir sur l’escabelle de Di Rupo : évoquons donc le programme du centre démocrate Humaniste.

Celui-ci commence bien : premières lignes, premiers mensonges. Le cdH ose affirmer qu’il milite pour l’humain. Or, l’humain est, avant tout, un individu. Par conséquent, lui imposer des obligations par la force, c’est-à-dire prôner des mesures collectivistes lors d’élections, est d’un anti-humanisme flagrant. Le cdH devrait donc, en toute logique, militer pour une société plus libérale. Las ! Tel n’est pas le cas. Ainsi, dans sa section emploi, le parti dit de centre-gauche exige, sans rougir (quoique), plus d’investissement dans la formation par les pouvoirs publics, mais aussi plus d’efforts financiers, de la part de ceux-ci, dans la recherche et l’innovation. Par ailleurs, Joëlle et ses amis souhaitent rémunérer en partie avec de l’argent public (+ 20 p.c.) tous les chômeurs qui se mettraient à travailler. À ce moment-ci du billet, nous pouvons déjà affirmer sans forfaiture qu’au H de cdH correspondrait bien mieux le terme « Humanoïde » que celui d’ « Humain ». 

Tiens ? L’ex-PSC prône une réduction d’impôt sur les sociétés ? Lisons-le attentivement : « La Belgique à un taux facial d’impôt des sociétés (33,99%) plus élevé que la moyenne européenne (25,1% hors Estonie en 2005), ce qui décourage les investissements dans notre pays. Il est vrai que l’introduction des intérêts notionnels (possibilité de déduction d’un intérêt notionnel lié aux fonds propres) a fait baisser ce taux à 26-28% en moyenne et que la Belgique, en étant au centre de l’Europe, dispose d’avantages géographiques comparatifs par rapport à la plupart des pays européens. Toutefois, une baisse d’un taux de l’ISOC permettrait d’attirer des investissements étrangers et d’éviter des délocalisations à l’étranger : selon les économistes, une baisse de 1% du taux d’ISOC entraîne une hausse de 2,9% des investissements. » Alors ? À combien abaisse-t-on ce taux ? À 20-22 p.c., comme au Luxembourg ? Que nenni : « Le cdH propose de diminiuer (sic) l'impôt des sociétés pour l'aligner sur la moyenne des taux en vigueur dans les pays voisins. » Nos pays voisins ? Vous voulez dire la France (34 p.c.), les Pays-Bas (34 p.c.) ou l’Allemagne (25 à 26 p.c.) ? Ou vous englobez aussi la vieille Europe avec l’Italie (33 p.c.) ? Soyons sûrs d’une chose : avec le cdH, rien ne changera réellement à ce niveau-là.

D’ailleurs, les déclarations d’intention se suivent et se ressemblent. Dans sa section « respect », le cdH mise avant tout sur la prévention de la délinquance (engager 1000 éducateurs et médiateurs de plus ; faire suivre les hommes violents – les femmes ne peuvent pas l’être, voyons ! ; soutenir les associations festives et citoyennes ; etc.). Un « plan ambitieux », mais surtout liberticide, contre les drogues est également prôné. Dans leur section « famille », les « humanoïdes » soutiennent le crédit temps de cinq ans (vous pouvez glandouiller cinq années sur l’ensemble de votre carrière), la distribution d’un livret expliquant au nouveau père quels sont ses droits et ses devoirs (mondieumondieumondieu), l’accroissement des disparités fiscales entre couples et célibataires, le maintien des interdictions d’accouchement sous X et de gestation pour autrui, etc. Les classiques collectivistes reviennent également sous la forme de quatre sections : « santé », « environnement et lutte contre le réchauffement climatique » (mouarf), « retraites » (e.a. création d’un système obligatoire de capitalisation collective) et « logement » (blocage des loyers, droit au logement, contrat-type, création de nouvelles formes de logements solidaires, augmentation du nombre de logements sociaux, etc.). Mais le cdH n’arrête pas là ses délires socialistes : il exige effectivement de « nouvelles solidarités », via une huitième section. Celle-ci prouve d’ailleurs que le parti des humanoïdes n’a rien, mais strictement rien compris à l’économie : alors que d’un côté le cdH veut faire baisser la pauvreté de moitié en dix ans, de l’autre côté il prône des mesures favorisant ladite pauvreté. En outre, la démesure le gagne : il veut soutenir les handicapés encore mieux que les actuelles béquilles de 1.506.000.000 EUR.

La neuvième section du programme a trait à la « bonne gouvernance publique ». Nous noterons, encore une fois, que les politiciens ne peuvent faire reposer celle-ci sur leur propre morale et qu’ils exigent force de lois pour se contraindre à certains comportements (contre-nature il est vrai).

Enfin, le titre de la dernière section suffit à la rendre douteuse d’emblée : « mener une politique internationale ambitieuse, juste et solidaire ». (Les trois adjectifs sont, bien sûr, empreints d’une couche de novlangue.) Cette partie du programme est, finalement, à l’image de l’ensemble : ridicule, voire pathétique.

DOSSIER ÉLECTIONS 10 JUIN 2007

Posté par Wali23783 à 00:20 - Belgique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire