Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

27 juin 2007

Retour sur le futur

Dans un passé récent, nous avions pu constater comme les masses dites « progressistes » étaient totalitaires et extrémistes quand on leur opposait des valeurs et idéaux distincts : non seulement un lynchage médiatique s’ensuivait, mais en outre elles proposaient, via des revendications festives et citoyennes, d’amincir encore un peu plus la liberté d’expression.

mgr_l_onardAujourd’hui, je reviendrai, comme vous l’aurez compris, sur l’affaire Mgr Léonard. Peut-être l’avez-vous déjà lu ou entendu, de nouvelles plaintes en justice ont été déposées contre l’homme d’église. Raison ? « Il y a, selon nous, une infraction à la loi anti-discrimination du 25 février 2003 lorsque Mgr Léonard s'autorise de Freud pour parler d'anormalité. La tonalité et les termes employés traduisent manifestement une volonté de stigmatisation. Les plaignants ne peuvent admettre ce qui est à l'évidence un jugement de valeur de Mgr Léonard à l'encontre de leur homosexualité » explique le conseil, Me Graindorge. Dans cette affaire, trois points m’interpellent particulièrement.

Le premier est l’hypocrisie des plaignants et de la presse. L’on se complait effectivement à relayer que Mgr Léonard aurait qualifié les homosexuels d’ « anormaux ». Or, cela est inexact : c’est l’homosexualité qu’il a qualifiée d’ « anormalité ». D’aucuns diront que je pinaille. Pourtant, ma remarque s’avère pertinente : ce n’est pas parce que l’on juge le sida « maléfique » que, ipso facto, on estime les sidéens « mauvais ». Une fois cette malhonnêteté intellectuelle démasquée, le feu de paille s’éteint : 90 p.c. des Hommes (la norme) entretiennent bel et bien des relations hétérosexuelles.

Le second point concerne les néo-fascistes à l’origine de la plainte. L’une des parties plaignante n’est autre que l’éphébophile Michel Duponcelle, ce modèle de vertu qui, rappelons-le, figurait il y a peu dans un film de cul homo mettant en scène des amours adolescentes. Quant à l’avocat Graindorge, prompt à censurer ce qu’il appelle un « jugement de valeur » et donc la liberté de penser, je lui retourne ses mentions constantes à l’histoire nazie pour rappeler à sa courte mémoire tous ces juges et avocats qui, à l’époque, abaissèrent leur froc devant le positivisme de la loi, plutôt que de rejeter le totalitarisme en se tournant vers le Droit.

Enfin, le troisième point a trait au « deux poids deux mesures » des liberticides en question. Regardez-les s’offusquer qu’on qualifie leur pratique sexuelle d’anormalité ! Pourtant, ne sont-ils pas les premiers à moquer le ridicule et l’absurdité de la religion ? Regardez-les supprimer la liberté de penser sur l’homosexualité ! Pourtant, ne vont-ils pas plus loin lorsque, avec leurs amis laïcs, ils crient « à bas les calotins » et disent « régressistes » toutes les thèses allant à l’encontre de leur vision du monde ?

Dans un futur proche, la justice devra se prononcer sur l’affaire soumise. J’espère, bien sûr, que le jugement sera favorable à Mgr Léonard. Néanmoins, un tel cas de figure ne ferait que reporter la servitude d’expression de quelques mois : le législateur, tel une éponge, aura tôt fait d’absorber les revendications fascistes pour les recracher à la tête du citoyen.

Posté par Wali23783 à 22:38 - Belgique - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Anormalité

    L'homosexualité n'est en rien anormale, elle se retrouve très souvent dans le règne animal.

    Je suis moi-même homosexuel et je ne considère pas l'homosexualité comme anormale. Je suis né comme ça et n'ai jamais eu le choix de cette orientation.

    Si l'homosexualité est aujourd'hui considérée comme immorale ou anormale, c'est à cause des notions de normalité qui ont été inculquées aux gens depuis des siècles par l'Eglise.

    Cette dernière prône l'amour du prochain... JE pense que malheureusement, elle n'a pas la politique de ses discours.

    Nous sommes aujourd'hui au 21ème siècle. L'Eglise catholique reste, quant à elle, accroché au 19ème siècle. Il est temps qu'elle se remette en question si elle veut encore faire partie de l'Europe au siècle prochain!

    Posté par Frédéric, 09 juillet 2007 à 15:20
  • Une définition qui résoud les divergences

    Merci pour votre commentaire (dont j'apprécie la modération par rapport à ceux venant d'autres commentateurs du blog) qui me permettra de préciser ma position sur le sujet.
    Il est vrai que le terme "anormal" est polysémique. Si certains entendent derrière celui-ci: "déséquilibré, très instable" (définition Larousse de Poche), tel n'est pas le sens que je donne au mot lorsque je l'emploie dans le billet.
    En effet, c'est surtout la définition la plus répandue, soit "contraire aux règles, à l'ordre habituel des choses" (définition Larousse de Poche), que j'utilise à travers le terme "anormal".
    L'ordre habituel des choses au niveau sexuel étant -- et vous me rejoindrez sur ce point -- l'hétérosexualité (90 p.c. des humains sont hétéros), la conclusion de l'affaire Mgr Léonard ne peut être que la suivante:

    Cet énième conflit a été construit de toutes pièces par des personnes qui soit n'entendent pas le français, soit se servent malhonnêtement de la polysémie d'un terme pour exacerber la haine contre des gens ne partageant pas leurs valeurs.

    Quant à votre dernière réflexion sur l'Eglise catholique, sans me prononcer sur le fond, je répliquerai tout simplement que je préfère une église aux valeurs constantes et qui ne me force pas à y adhérer aux associations homosexuelles extrémistes ligotant la liberté d'expression et obligeant le reste de la populace à soutenir les mêmes positions qu'elles.

    Posté par Wali, 09 juillet 2007 à 20:38

Poster un commentaire