Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

19 juillet 2007

Ces fous qui nous gouvernent

vladimir_spidla_le_fou_de_l_union_europeenneLe commissaire européen aux Affaires sociales, le tchèque Vladimir Spidla, a appelé la gent masculine à participer davantage aux tâches ménagères afin de réduire l’écart salarial entre hommes et femmes. « Il n’est pas possible de réduire l’écart de rémunération si nous ne travaillons pas davantage chez nous », a expliqué le type-qui-ne-se-mêlait-pas-de-ses-oignons. Construit sur des bases erronées (« une femme au foyer travaille pour le foyer toute la journée ») et sur des idées préconçues (« un homme ne participe pas aux tâches ménagères lorsqu’il rentre du travail »), ce raisonnement a malgré tout de quoi inquiéter. En effet, vu les difficultés des politiques à distinguer leur avis de la loi, il risque fort bien de se retrouver sous peu traduit en texte normatif ! Or, cette orientation liberticide et ahurissante (légifération du temps libre à la maison) mènerait très vite à d’autres mesures idiotes défendues par les plus extrémistes des féministes, comme la rémunération du travail ménager. Les hommes politiques, qu’ils se trouvent en haut ou en bas de leur pyramide du pouvoir, sont décidément bien inquiétants.

Posté par Wali23783 à 01:19 - Europe - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

  • Charbonnier est roi en sa maison...

    Posté par Ø, 19 juillet 2007 à 02:24
  • "vu les difficultés des politiques à distinguer leur avis de la loi"

    Finement observé !

    Posté par climax, 19 juillet 2007 à 09:30
  • Au-dela de son conseil à la con, il expose tout de même une vérité : la différence statistique de rémunération entre hommes et femmes a plus à voir avec des choix de vie privés qu'avec une "discrimination" par les employeurs. Une fois de plus, le marché fonctionne.

    Posté par Taz, 19 juillet 2007 à 12:05
  • Ce genre de tartufferie ne peut émaner que d'un représentant de la byzantine commission européenne
    Peut-on parler de folie ou de dégénerescence dans leur cas?

    Ce type de pathologie peut-elle se soigner par la psychiatrie ?

    Posté par marcel, 19 juillet 2007 à 12:37
  • Rions un peu

    Le marché fonctionne sans doute. Mais si les femmes sont moins rémunérées parce qu'elles font le choix de davantage s'occuper de leurs enfants, par exemple, que les hommes, cela signifie-t-il que le marché préfère les parents qui abandonnent leurs enfants à ceux qui se préoccupent de leur éducation et bien-être ? Et comme les enfants mal-aimés ou maltraités ont une fâcheuse tendance à la violence et à la criminalité, il faut sans doute en conclure que le marché suscite de la violence et de la criminalité.

    Autre option, servir le marché étant la raison d'être de l'humanité, les femmes qui se trouvent handicapées dans la guerre économique perpétuelle par le temps qu'elles passent avec leur progéniture, sans compter l'ignominieux gaspillage de temps de travail pour cause d'enfant malade, doivent accepter de faire des sacrifices afin de se mettre à égalité avec les hommes, c'est-à-dire qu'elles renoncent à faire des enfants. Ainsi le saint marché qui ne se trompe jamais transformera l'humanité en espèce en voie d'extinction.

    Posté par Vincent Carel, 21 juillet 2007 à 23:56
  • @ Vincent Carel

    Dans la mesure où l'Histoire a démontré que le marché favorisait non seulement le confort d'un plus grand nombre, mais aussi une explosion du nombre d'êtres humains sur terre, votre conclusion est plutôt douteuse. Gageons que divers éléments du raisonnement sont faux.

    Posté par Wali, 22 juillet 2007 à 05:39
  • Bien sûr que tout mon raisonnement est faux. Et le Marché (alleluïa!) favorise le confort du plus grand nombre.

    On se demande bien pourquoi les ouvriers se sont tant battus contre le saint marché pour obtenir des salaires décents. On se le demande. L'ignorance des beinfaits "pour le plus grand nombre" du Marché, à n'en pas douter.

    Posté par Vincent Carel, 24 juillet 2007 à 22:31
  • @ Vincent Carel

    "On se demande bien pourquoi les ouvriers se sont tant battus contre le saint marché pour obtenir des salaires décents."

    Une étude correcte de l'Histoire vous apprendrait que les ouvriers ne se sont pas battus contre le marché mais contre certaines collusions entre état et patronat.

    Posté par Wali, 26 juillet 2007 à 01:34
  • oui et...

    Nous pourrions aussi voir le marché comme "certaines collusions entre état et patronat". L'ouvrier allait faire son "marché" le samedi matin mais la collusion pour lui s'est arrétée là.
    Puis si le seul but est d'arriver au "confort" matériel du plus grand nombre (ce nombre croissant à l'infini)je puis vous affirmer que c'est une chimère d'y croire. La production de bien passe par notre mère nature, et elle commence à avoir du mal avec ses 6.5 milliards de garnements.

    Posté par momohican, 26 juillet 2007 à 12:57
  • "Nous pourrions aussi voir le marché comme "certaines collusions entre état et patronat"."

    Ce qui serait une erreur plus que risible.


    "si le seul but est d'arriver au "confort" matériel du plus grand nombre"

    Personnellement, ce n'est pas mon objectif: chacun est libre de vivre comme il le souhaite. Les personnes qui parviennent à avoir autre chose en tête que l'argent sont hautement respectables à mes yeux.
    A vrai dire, ce sont les socialistes qui tentent - j'ai bien dit qui tentent - "d'arriver au confort matériel du plus grand nombre", en employant qui plus est de mauvaises méthodes. Ce sont donc eux qui détournent les petites gens des choses essentielles de la vie (famille, philosophie, spiritualité, amour, amitié, etc.).


    "La production de bien passe par notre mère nature, et elle commence à avoir du mal avec ses 6.5 milliards de garnements"

    Heureusement, des bienfaiteurs comme Staline et Hitler ont pu purger l'humanité de sa lie; quant à la Chine communiste, elle a fait également très fort en limitant le nombre de naissances.

    Posté par Wali, 26 juillet 2007 à 20:49
  • Bienfaiteurs ?

    Jusqu'où ira la dérive libertarienne, lorsqu'on entend dire que Staline et Hitler sont des bienfaiteurs ?

    Pas gêné ?

    Posté par Michaël HENEN, 31 juillet 2007 à 04:49
  • Que vous êtes con...

    Désolé pour l'insulte, mais je le pense vraiment.

    Suivre ce blog depuis des mois et croire que je soutiens les socialistes Hitler et Staline relève de la plus profonde des conneries.

    L'ironie est, certes, un trait d'esprit que certains prendront au sérieux; mais, ici, elle est tellement palpable que tomber dans le panneau ne peut qu'arriver à un abruti fini ne comprenant rien à rien.

    Posté par Wali, 31 juillet 2007 à 19:19
  • Merci pour la réponse rapide et sans équivoque ainsi que pour le joli qualificatif plein de respect émanant d'une personne dont je n'attendais pas moins.

    A vrai dire, au risque de passer une nouvelle fois pour un " con ", il est assez difficile de déceler une quelconque ironie, que ce soit dans tes articles ou tes commentaires.

    A la limite, je me demande si ta réponse n'est pas un camouflet des idées que tu défends vraiment, non pas que les deux personnages ad hoc étaient socialistes ou quoi que ce soit d'autre, mais bien que ceux-ci mériteraient une médaille pour services rendus en allégeant quelque peu la population mondiale, ce qui ne peut être que bénéfique dans une société telle que celle que tu prônes. Me tromperais-je ?

    Posté par Michaël HENEN, 01 août 2007 à 02:24
  • Oui, car ma réponse montrait immédiatement à quelles atrocités menaient les politiques de "régulation de la population mondiale sur Terre".
    Peu importe, selon moi, que la Terre soit peuplée de 10 milliards d'individus d'ici vingt ans. Ça pose juste un problème aux personnes d'obédience socialiste ne comprenant pas que le monde évolue perpétuellement et que les sources d'énergie sont inépuisables tant elles sont nombreuses... et à découvrir!

    Posté par Wali, 01 août 2007 à 23:12
  • Enfin...

    ... un point d'achoppement entre nous, et pourtant, je le suis... socialiste ! Tout du moins, un peu moins " con ". Sans rancune.

    Posté par Michaël HENEN, 01 août 2007 à 23:39

Poster un commentaire