Porte entr'ouverte

Belgique - Europe - Taxes - Impôts - Libéralisme - Dépenses publiques - Politique - PS - MR - CDH - Liège - Reynders - Di Rupo - Michel - Cour d'arbitrage - TVA - Big Brother - Fiscalité

13 novembre 2006

Le VLD n’est pas libéral

Dans un commentaire du premier billet de la trilogie « Le manifeste du MR, non libéral », il fut sous-entendu que le VLD pouvait être considéré, au contraire du MR, comme un parti libéral. Ce à quoi avait réagi Murdock, de la façon suivante :

« Le VLD n'est pas beaucoup plus libéral que le MR, preuve en est qu'ils ont viré* Boudewijn Bouckaert du parti alors qu'il est un des libéraux les plus authentiques du pays. Côté MR, Alain Destexhe est un pis-aller ; si tu es membre, tu devrais le soutenir. »

Si je ne connais pas Boudewijn Bouckaert au-delà de ce que je viens d’en lire sur Internet, tel n’est pas le cas du VLD. Huit ans de pouvoir ont démontré que ce parti n’était pas doté d’un grand potentiel de changement par rapport à l’étatisme ambiant.

.

Pour confirmer ceci, rien de tel que d’aller faire une visite du programme des libéraux et démocrates flamands. Nous relèverons quelques points illustrant la thèse « Le VLD n’est pas libéral » :

.

1. Le VLD soutient une politique d’asile basée sur la lourde administration étatique et sur la réduction du pouvoir contractuel des gens. Comparez ceci avec mon billet sur l’agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile.

.

2. Le VLD n’est pas favorable à la légalisation des drogues. Au contraire, il prône une intervention accrue de la justice dans ce domaine. De plus, il souhaiterait contraindre les gens responsables à financer l’aide aux drogués.

3. Si le VLD a l’intelligence de ne pas vouloir discriminer les holebi’s, il ne s’y prend pas de la meilleure façon qui soit : plutôt que de supprimer le mariage étatique, il ouvre les portes de celui-ci aux homosexuels (répondant, par là, à la soif d’informations personnelles de l’état). Comparez cette position avec mon billet sur le mariage.

4. Le VLD semble imposer aux allochtones des valeurs obligatoires, alors qu’elles ne sont pas requises pour les autochtones (voire même pas respectées par ceux-ci) : égalité de tous les hommes, séparation entre l’église et l’état, liberté d’expression. On constatera donc, à travers cette partie du programme, une atteinte à la liberté de circulation, à… l’égalité de droit et à… la liberté d’expression !

5. Le VLD ne demande pas une privatisation de l’enseignement. Il préfère déclarer que le XXIè siècle fera place à la coopération entre écoles, et non à la concurrence entre icelles.

Enfin, le coup de grâce : « De VLD heeft zich ingeschreven in het concept van de actieve welvaartstaat. » Bref, le VLD se place dans la lignée de l’état-providence! Il n’y a pas de changement à attendre de ce côté-là !

Conclusion ? En Belgique, un parti comme Alternative Libérale se fait désirer…

_____

* D’après wikipedia (en néerlandais), il en irait autrement : het « conflict tussen Bouckaert en partijvoorzitter Bart Somers […] beëindigd[e] […] op 8 juli 2005 toen Bouckaert uit het partijbestuur stapte. Hij bleef lid van de VLD totdat Jean-Marie Dedecker uit de partij gezet werd; op 27 oktober 2006 gaf ook Bouckaert de brui eraan "omdat de VLD een links-liberale partij is geworden die aanschurkt tegen de SP.a". » 

Posté par Wali23783 à 17:01 - Belgique - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    D'accord

    Je ne peux que partager cette vision du monde politique belge. Mais comment faire sortir de terre un "Alternative Libérale" dans ce pays?

    Posté par Bloodflowers, 21 novembre 2006 à 14:20
  • Comment faire naître un parti A.L. en Belgique

    Il faudrait, tout d'abord, une demande civile de parti libéral. Clairement, je pense qu'elle existe.
    De plus, compte tenu des nombreux scandales de gouvernance et du mal-être économique socialiste que nous connaissons, beaucoup d'électeurs, séduits par les idées proposées, se découvriraient libéraux - alors qu'auparvant ils l'ignoraient.

    Corrélativement, il faudrait un média libéral en Belgique. Les idées de liberté pourraient, enfin, envahir la tête des individus engoncée, bien malgré eux, dans l'étatisme malsain.
    Jusqu'à présent, seul l'Internet, voire l'un ou l'autre journal étranger, peut aider les Belges à se (re)familiariser avec les idées de liberté. Ce n'est pas suffisant.

    Ensuite, il faudrait une dizaine d'individus motivés. Ce ne serait pas difficile de les débusquer. Ils répondraient à la demande en créant un parti libéral.
    Les problèmes surviendraient par la suite:
    1) il faudrait faire connaître le nouveau mouvement politique. Au cas où un média libéral aurait vu le jour auparavant, cette étape pourrait être surmontée. L'idéal serait de débaucher du MR les rares politiciens plus ou moins libéraux qui le composent (Alain Destexhe) afin de bénéficier de leur popularité et de leur visibilité.
    2) il faudrait financer ce parti. Compte tenu des législations étatiques restrictives et envahissantes en matière de financement politique (soit-disant là pour contrer la corruption séculaire, mais freinant, réellement, l'apparition de nouveaux partis), le souci majeur prendrait place ici.

    S'il était surmonté, il ne resterait plus aux habitants du pays qu'à se libérer. Avec l'aide de ceux qui, comme vous peut-être, ont émigré vers des cieux (parfois) plus cléments.

    Posté par Wali, 21 novembre 2006 à 15:22
  • Article LLB 12.11.2006

    La veille de ce billet, un article de la Libre Belgique traitait de la position du VLD sur l'échiquier politique.

    Voici le lien: http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&art_id=312763

    Visiblement, le VLD se repositionnerait vers le centre. Certains disent: "plus de social", tout en poursuivant: "mais nous sommes libéraux, c'est ce qui nous distingue des autres sociaux-démocrates".
    Ri-di-cule.
    L'article de la Libre s'exempte, une fois de plus, de toute critique cultivée sur le sujet.

    Posté par Wali, 22 novembre 2006 à 18:30

Poster un commentaire